Je voulais tester un jeu de mots avec le titre ( Divers chemins mènent à Rome l’IPv6 ). Bah c’est pas grave ! Une autre fois peut-être 😃😃😃😃

       Depuis plus d’une décennie déjà, on avait pressenti ce qui arrive aujourd’hui : l’augmentation des ordinateurs, des utilisateurs d’internet, de la demande sans cesse croissante des technophiles provoque une disparition inéluctable et inarrêtable des adresses ipv4
Comme vous devez le savoir la pénurie d’adresse de la version 4 de IP se fait sentir et il faut impérativement trouver une alternative plus solide et plus sure. En 1992, des ingénieurs d’un groupe de travail de l’IETF ont pensé à l’ipv6 pour prévenir cette pénurie qu’on connait aujourd’hui. Mais avant de passer d’ipv4 à ipv6 qui n’est certes; pas une chose aisée, allons à la découverte des adresses ip (v4) et ip (v6).

     IPv4 (Internet Protocol version 4) est la première version d’Internet Protocol (IP) à avoir été largement déployée, et qui forme encore en 2016 la base de la majorité des communications sur Internet. Elle est décrite dans la RFC (Request For Comment) 791 de , remplaçant la RFC 760, de . Chaque interface d’un hôte IPv4 se voit attribuer une ou plusieurs adresses IP codées sur 32 bits. Au maximum 4 294 967 296 (soit 232) adresses peuvent donc être attribuées simultanément en théorie (en pratique, un certain nombre ne sont pas utilisables).

      IPv4 (Internet Protocol version 6).

L’épuisement des adresses IPv4 a conduit au développement d’une nouvelle version d’IP, IPv6, et à la transition d’IPv4 vers IPv6 afin d’adopter cette nouvelle version. IPv6 (Internet Protocol version 6) est un protocole réseau sans connexion de la couche 3 du modèle OSI (Open Systems Interconnection). IPv6 est l’aboutissement des travaux menés au sein de l’IETF au cours des années 1990 pour succéder à IPv4 et ses spécifications ont été finalisées dans la RFC 2460 en décembre 1998. Grâce à des adresses de 128 bits au lieu de 32 bits, IPv6 dispose d’un espace d’adressage bien plus important qu’IPv4. Cette quantité d’adresses considérable permet une plus grande flexibilité dans l’attribution des adresses et une meilleure agrégation des routes dans la table de routage d’Internet. Avec l’IPv6, plus besoin de faire une résolution d’adresse, qui était nécessaire avec l’IPv4. IPv6 dispose également de mécanismes d’attribution automatique des adresses et facilite la renumérotation. La taille du sous-réseau, variable en IPv4, a été fixée à 64 bits en IPv6. Les mécanismes de sécurité comme IPsec font partie des spécifications de base du protocole. L’en-tête du paquet IPv6 a été simplifié et des types d’adresses locales facilitent l’interconnexion de réseaux privés. Le déploiement d’IPv6 sur Internet est compliqué en raison de l’incompatibilité des adresses IPv4 et IPv6. Les traducteurs d’adresses automatiques se heurtent à des problèmes pratiques importants (RFC 49662).

    En prenant en compte les risques qu’un tel changement peut avoir sur une infrastructure entière, il existe des protocoles de transition pour rendre le processus plus sur. Ainsi donc ces mécanismes mis en place pour permettre une migration plus ordonnée et garantir un internet plus stable;) dont parmi tant d’autres:

 le dual stack (dit la double Pile). Il s’agit en faite de faire fonctionner en même temps les deux protocoles. Les serveurs voulant satisfaire vos besoins en requêtes ont deux sockets l’un Ipv4 et l’autre Ipv6.Il faut donc garder en mémoire que, dans ce cas là, les deux protocoles sont installés sur le même système : ils communiquent directement entre eux et séparément avec l’extérieur. Pour cela il doit y avoir une certaine conversion des adresses ipv4 en ipv6. Donc il est très recommandé d’avoir une adresse de la version 6 pour communiquer avec des entités d’internet n’utilisant plus la version 4.

fig6

Transport D’IPv6 a IPv4 : Tunnel

–> Statique
Il n’est pas toujours possible d’avoir une double pile IP ou un réseau IPv6 de bout-en-bout. Cependant, les trames IPv6 doivent pouvoir être transmises, même si un réseau intermédiaire ne supporte qu’IPv4. Plusieurs solutions sont disponibles, pour former un tunnel : les paquets IPv6 transitent alors encapsulés dans IPv4, ce qui s’appelle autrement un tunnel IPv4. Nous distinguons les tunnels statiques et les tunnels automatiques. Le principe est très similaire à celui d’un VPN et est illustré par la figure 5. Des serveurs,nommés IP Tunnel Brokers servent pour la transition. Il faut se connecter à l’un d’eux en IPv4 pour obtenir une adresse et accéder à la configuration du tunnel vers un réseau IPv6. Ce procédé est bien statique (ou semi-dynamique), dans la mesure où il nécessite de connaître et de configurer correctement IPv4 au niveau du Tunnel Broker. Ce dernier se charge du routage et des configurations des extrémités des tunnels : il reste un point vulnérable dans la mesure où tout le transport du trafic repose sur lui. Voici un schéma:

TUNNEL BROKER
–> automatique

Dans le cas d’un tunnel automatique, une liaison fixe point à point est établie entre les machines impliquées (des routeurs par exemple). Ce tunnel formé fragmente les paquets selon IPv4, et met en oeuvre les mécanismes de découverte des voisins. Si une erreur survient au cours de l’acheminement IPv4, un paquet ICMPv4 est envoyé.
Idéalement, le point à la source du tunnel devrait récupérer ce message, puis le traduire en un paquet ICMPv6 équivalent afin de le retourner vers la source du datagramme IPv6. Il existe à l’heure actuelle trois mises en oeuvre majeures pour effectuer l’acheminement d’IPv6
sous IPv4  nous disposons des protocoles: 6to4, ISATAP et Teredo.
6to4: Il permet à des sites IPv6 isolés, ne disposant pas d’un fournisseur de service IPv6, mais disposant d’au moins d’une connectivité et d’une adresse IPv4 publique, d’accéder à d’autres sites ou services IPv6. Pour cela, le site IPv6 isolé va s’assigner lui-même un préfixe 6to4 commençant par 2002 ::/16, il est de la forme 2002:::/48 Où est une adresse IPv4 publique et routable, configurée sur l’interface appropriée d’un routeur de périphérie appartenant au site.

ISATAP: Il définit une méthode pour générer une adresse IPv6 locale et un mécanisme pour effectuer la découverte de proches voisins (Neighbor Discovery) par IPv4. Ainsi, lorsqu’un routeur ISATAP est installé, toute machine connaissant son adresse IPv4 peut le contacter. Il est donc impératif d’appliquer en parallèle des règles IPv4 de filtrage rigoureuses.

TEREDO: c’est dans ce dernier qu’on par le d’adresse mappée. il faut noter que c’est une extension de ISATAP

Sources : Wikipedia (ipv4, ipv6, Transition ipv4 vers ipv6)

Leave a Reply